• FONT RESIZER
    • SHARE

Les gens, version longue

Entre 1870 et 1930, environ 400,000 Finlandais émigrèrent en Amérique du Nord. Près de 80,000 s’installèrent au Canada, dont une majorité en provenance de la région de l’Ostrobotnie à l’ouest de la Finlande.

La première grande vague d’immigration, enter 1899 et 1913, marqua le sommet de “la fièvre américaine” quand près de 200,000 Finlandais traversèrent l’Atlantique. La Deuxième Vague d’immigrants arriva en Amérique du Nord après la Guerre civile finlandaise de 1918 lorsque le gouvernement socialiste fut renversé. Dans la décennie qui suivit, 200,000 Finlandais de plus quittèrent leur patrie pour l’Amérique du Nord. La troisième vague d’immigration significative se produisit après la Deuxième Guerre mondiale quand 15,000 Finlandais vinrent au Canada.

De nombreux immigrants Finlandais conservèrent leur dévotion religieuse envers l’église évangélique luthérienne de Finlande, l’église d’état. L’Apostolic Lutheran Church, la Port Arthur Finnish Lutheran Church et la Fort William Finnish Lutheran Church font partie des première églises luthériennes de Thunder Bay. Elles furent établies à la fin du XIXe siècle, suivies au début du XXe siècle par d’autres telles que l’Evangelical Zion Lutheran Church, l’Immanuel Lutheran Church et de nombreuses autres dans la région avoisinante. Les églises jouaient un rôle de premier plan dans la vie des premiers arrivants car non seulement fournissaient-elles services religieux et lieux de prière mais elles procuraient un espace social de base où les Finlandais pouvaient partager leur culture et leur langue.

Le Finnish Temperance Movement travaillait de concert avec les églises locales et en 1902 on établit à Port Arthur une Société de tempérance nommée “Uusi Yritis” ou New Attempt”. Cette société avait pour objectif de détourner les gens de l’alcool, de mener des activités culturelles et d’œuvrer en faveur des réformes sociales pour rendre la vie au Canada plus propice à la tempérance. La Société institua un groupe de jeunes, un “Speaker’s Club” des comités pour aider à l’application des lois sur les boissons alcoolisées chez les Finlandais, un club d’athlétisme et des activités culturelles variées telles que des spectacles de théâtre à vocation familiale, de danse et de musique.

En 1908, la New Attempt Temperance Society s’associa à la Workingmen’s Association Imatra #9, une organisation de travailleurs à laquelle de nombreux membres de la Société appartenaient. Chacun des groupes trouva cause commune dans les efforts pour la préservation de l’identité finlandaise et la solidarité à travers des actions de rayonnement extérieur. Imatra était socialiste et s’affilia au Parti socialiste du Canada, ce qui causa des remous au sein de la Société. Néanmoins, cela n’empêcha pas les deux institutions de s’entendre pour former la Finnish Building Company, qui bâtit le Finnish Labour Temple en 1910.

Imatra n’était que l’une d’une série d’organisations politiques de gauche qui s’établirent au Lakehead. Certaines se développèrent en tant qu’organisations locales centrées sur les problèmes locaux ou des groupes particuliers tels que les travailleurs forestiers. Mais d’autres, comme la Finnish Socialist Organization of Canada, la Social Democratic Party of Canada, et plus tard les Industrial Workers of the World et the le Parti communiste du Canada, quoique d’envergure nationale et internationale, manifestaient un fort dynamisme au Lakehead.

Le soutien à l’inclusion des femmes dans leurs activités était un aspect important des premières organisations finlandaises. En Finlande, les femmes obtinrent le droit de vote en 1906 et il n’est guère étonnant que les femmes finlandaises aient été en première ligne dans le mouvement local pour l’octroi du droit de vote aux femmes au Canada. Elles formaient des comités à l’intérieur d’organisations telles que La Temperance Society ou Imatra et lançaient des événements ou menaient des activités pour soutenir et éduquer femmes et filles.

L’un des moyens de base pour le rayonnement dans le public consistait à la publier des livres et des journaux locaux en finnois. Un certain nombre de presses finlandaises établies en Amérique du Nord publiaient des livres d’auteurs finlandais du continent. à Port Arthur, Imatra créa le journal Työkansa (The Working People), l’un parmi de nombreux journaux publiés en finnois au Canada à partir du début du XXe siècle. En raison du haut degré d’alphabétisation des Finlandais et de leur intérêt pour les écrits, l’un des lieux particuliers du Finnish Labour Temple était la salle de lecture où les membres de la communauté pouvaient lire les nouvelles et échanger leurs opinions.

La culture politique et sociale du Lakehead a influencé la vie de beaucoup de Finlandais, toutefois ce fut leur sisu, particularité qui leur a permis de s’épanouir au Canada et de préserver leur forte identité culturelle.